Le blog de BETTERWEB

Ce contenu a été produit par Adrien Russo, spécialiste en référencement naturel (SEO) chez Eskimoz.be.

Tu désires réaliser un audit SEO professionnel et tu ne sais pas trop comment t’y prendre? Quels outils utiliser? Pas de panique 😉 Dans cet article très complet, je te partage les outils leaders du marché en 2020 pour réussir ton audit SEO. 

Pour réussir un audit SEO professionnel et mettre en exergue les informations essentielles, s’aider d’un outil est indispensable. Comme j’aime le dire, un bon maçon à qui on donne une bonne truelle construira un bon mur.

Bien entendu, les outils ne font pas tout.

L’erreur est parfois d’en être dépendant et de prendre pour vérité absolue tout ce qu’il en sort. Effectivement, la majorité des outils se basent sur une masse de données importantes dans le but de fournir des indices, des scores qui aident le spécialiste SEO. L’enjeux pour lui et pour les futurs consultants est bel et bien de comprendre du mieux possible ces indices, de savoir comment ils sont calculés, afin de mieux les comprendre.

Dans cet article, je te présente les outils qui me semblent être, en 2020, les plus plébiscités par les professionnels du référencement naturel, dans leur quotidien et pour mener des audits complets.

Mais avant de commencer, rappelons une chose essentielle : le SEO se divise en deux grandes catégories d’optimisations.

  • Les optimisations On-site

Elles regroupent toutes les actions réalisées directement sur le site. On travaille les contenus, l’architecture, le code, les performances, etc.

  • Les optimisations Off-site

Elles regroupent toutes les actions réalisées en dehors du site: principalement le netlinking, c’est-à-dire des stratégies de création de liens vers notre site.

Quels outils On-site peut-on citer ?

Je viens de te l’expliquer : le référencement On-site regroupe un ensemble d’actions effectuées directement sur le site.

Les crawlers

Quand tu réalises un audit SEO, l’une des premières choses à faire est de crawler le site du client afin d’avoir une vue globale des pages et de l’architecture du site. Le crawler est un robot qui parcourt les pages d’un site web afin de récupérer les informations dont il a besoin. Le Googlebot, par exemple, est le « crawler » ou « spider » de Google qui parcours les pages des sites web afin de les indexer, s’ils sont légitimes.

Les référenceurs (SEO) utilisent principalement deux crawlers:

  • Screaming Frog
  • Xenu’s Link Sleuth

Le premier est un outil premium, mais très abordable. Le second est gratuit, mais moins complet et moins pratique dans son usage.

Grâce à un crawler comme Screaming Frog, le consultant peut récupérer toutes les informations techniques sur le site et déceler de potentiels problèmes techniques. Il peut, par exemple, identifier le nombre de liens internes créés vers telle ou telle page (et éventuellement détecter une mauvaise répartition de la popularité interne), récupérer la liste des balises HTML et détecter les dupliquées, connaître exactement la répartition du site en termes de ressources (HTML, CSS, JS, Images, PDF, …).

Screaming Frog permet également, suite au crawl, de générer une arborescence du site afin de détecter les problèmes de maillage interne.

Bref, c’est un outil simple et complet, l’assistant du référenceur.

D’autres crawlers, en version SaaS existent:

  • Oncrawl
  • Botify

Ils sont plus complexes d’utilisation et sont généralement utiles pour des sites de plus forte volumétrie. Ils ont également un attrait pour l’analyse de logs, faisable avec Screaming Frog, mais de manière plus limitée.

Les outils « d’analyse sémantique »

Une autre catégorie d’outils très utilisés dans le référencement naturel est liée à « l’analyse sémantique ». Je pose « analyse sémantique » entre guillemet, car ce n’est pas ce que ces outils SEO font précisément. Ils n’étudient effectivement pas le sens des mots dans la précision. Ils analysent plutôt les contenus positionnés sur la requête que nous ciblons, effectuent un grand nombre de calculs avec des algorithmes divers et nous donnent de précieuses informations sur les champs lexicaux à développer, les mots indispensables à insérer dans notre contenu ou ceux à éviter, etc.

Evidemment, mon explication est très simplifiée et un puriste pourrait en avoir mal au ventre. L’idée ici étant, justement, de simplifier les choses pour faire découvrir le domaine à d’autres.

Parmi ces outils, l’un des plus connus est certainement SEOquantum. Il est complet et permet d’analyser l’optimisation d’un contenu déjà créé, mais également de guider le rédacteur dans la création d’un nouveau contenu. Il permet également d’effectuer un crawl du site afin d’avoir un aperçu de sa santé en termes de « sémantique ».

Visiblis est un autre outil permettant, lui aussi, d’effectuer des analyses de contenus. En plus de cela, il permet d’étudier le titre de la page affiché sur les pages de résultats de Google (la balise Title). C’est particulièrement intéressant et SEOquantum ne permet pas de le faire, à ma connaissance, à l’heure où j’écris ces lignes.

D’autres outils existent, nous pouvons par exemple citer YourTextGuru, particulièrement connu pour ses guides (aide à la création de contenus).

 

Les outils d’analyse des performances techniques d’un site

Dareboost est l’un des premiers qui me vient à l’esprit. C’est une solution complète qui permet d’analyser la vitesse de chargement du site, quelques problèmes techniques majeurs et, évidemment, un lot de recommandations (que je trouve très précises). Avec le « mobile index first », il est évidemment possible de tester le site en version mobile.

Google PageSpeed Insights est, dans le même ordre d’idée, un outil de test de la vitesse de chargement du site. Des recommandations, que je trouve un petit peu plus vagues par rapport à Dareboost, sont également proposées. Une version desktop et mobile du site est testée. Je trouve également cet outil très strict, parfois trop par rapport aux réels problèmes rencontrés.

La vitesse de chargement d’un site, est, pour moi, d’une importance capitale. Bien au-delà de l’impact SEO (qui, selon moi, n’est pas si élevé que l’on a l’habitude de l’entendre), la vitesse de chargement permet de garder votre visiteur et d’améliorer son expérience utilisateur. En 2020, avoir un site qui charge lentement, et surtout sur mobile, ce n’est plus sérieux.

Bien sûr, d’autres outils On-site très importants existent, mais il m’est impossible de parler de tout dans cet article.

Quels outils Off-site peut-on citer ?

Comme dit au début de cet article, les outils Off-site permettent principalement d’étudier et de suivre le netlinking des sites web. Ces outils génèrent également des indices permettant d’aider le spécialiste dans son analyse. C’est un gain de temps, à une seule conditions : qu’ils soient bien compris.

Parmi ces outils, il existe 3 incontournables : Majestic SEO, Ahrefs et SEObserver. D’autres pourraient remplacer SEObserver par Moz… Bref, pour ma part, je suis particulièrement fan de SEObserver.

Mis à part SEObserver qui récupère les données de deux outils (Majestic SEO et Semrush), pour ensuite les traiter et nous fournir des données finales extrêmement pertinentes, Majestic SEO et Ahrefs « crawl » le web afin de lister les backlinks (liens retours) des sites web et de nous fournir tout un lot d’outils et indices qui nous aident à déceler des points d’amélioration pour nos clients.

Majestic SEO et Ahrefs, en plus de leurs différents outils liés à la récupération des données du web, nous fournissent des indices particulièrement intéressants pour avoir une vue globale de la situation d’un site en un coup d’œil. Ces indices ont parfois tendance à être considérés comme « vérité absolue ». Evidemment, ils ne le sont pas et ils se limitent au rôle « d’aide » pour le consultant en référencement naturel.

En tant qu’outil « gratuit », citons l’outil « Backlinks » de Neil Patel, qui, au moins, nous permet d’avoir la liste des backlinks d’un site gratuitement. Cependant, j’ai moins confiance aux indices qui ne me semblent pas toujours pertinents.

Quels sont les outils pour étudier les mots-clés ?

Nous pouvons citer Semrush, sans hésitation, en outil premium. Ce tool, très connu dans la sphère du SEO, permet d’effectuer des recherches de mots-clés, d’avoir une estimation du volume de recherches des requêtes (avec des bases de données relativement importantes selon les pays).

Il permet également d’étudier la tendance de trafic ou l’évolution globale du positionnement de mots-clés d’un site web sur Google.

Il permet encore plein d’autres choses, c’est l’un des outils les plus complets du marché, selon moi. Pour ma part, je l’utilise surtout pour avoir un aperçu du positionnement d’un site sur Google et pour mes audits et recherches de mots-clés, entre autres.

En outil gratuit, nous pouvons citer Google Keyword Planner. Initialement lancé par Google pour trouver des mots-clés pour des campagnes Google Adwords (SEA), il a rapidement été utilisé pour la recherche de mots-clés en SEO.

Bien qu’on ne peut pas avoir le détail sur les volumes de recherches sans avoir de campagne SEA active, il permet d’effectuer des recherches de mots-clés, et ce, entièrement gratuitement.

D’autres outils existent, mais le but de cet article est d’aborder les principaux tools du marché dans le cadre d’études et d’analyses SEO.

En guise de note de fin 

Un bon maçon avec une bonne truelle construira un bon mur. Un mauvais maçon avec une bonne truelle, je n’en suis pas si sûr…

Bon SEO à tous !

Adrien Russo.

Recevez tous mes conseils pour améliorer votre écriture web et votre style rédactionnel

BETTERWEB © Tous droits réservés • Réalisation : Céline Toucanne • Conditions générales et Mentions légales • Plan du site