Le blog de BETTERWEB

L’ikigaï est une méthode japonaise qui aide à faire le bilan, trouver le job de ses rêves et donner un sens à sa vie. En complétant le diagramme de Venn, tu découvres tes talents, tes passions, ta voie, et tu identifies le métier de tes rêves, celui qui te fait sortir du lit le matin avec enthousiasme 🥳

C’est le matin et tu traînes dans ton lit.

Voilà déjà 5 bonnes minutes que tu devrais être debout.

Mais impossible de te lever. Tu broies du noir. Tu es à plat.

⚡️Cette journée, tu le sens, devra se passer de toi.

Un sentiment de morosité constant

Je comprends exactement ton sentiment. Je suis aussi passé par là il y a quelques années. Durant une période de ma vie, je n’avais plus envie de me lever le matin.

Le cœur n’y était plus.

Je prenais ma voiture, j’arrivais au siège de l’entreprise qui m’employait et tout au long de la journée, je regardais 50 fois ma montre en n’attendant qu’une chose : quitter au plus vite ce travail qui m’abrutissait.

J’avais envie de liberté, de créativité, d’épanouissement.

Et je ne ressentais plus ces émotions dans mon quotidien.

Alors, je me suis interrogée, beaucoup.

Comment trouver sa voie et oser tenir les rennes de sa vie?

Je me suis rendu compte que donner un sens à ma vie n’était pas un caprice mais un réel besoin.

Je me suis posé des questions. J’ai identifié mes désirs, mes talents, mes freins à l’action. J’ai fait des tableaux de visualisation.

Et j’ai fini par comprendre ☀️

J’ai saisi que je pouvais apporter ma contribution au monde, à mon petit niveau, avec mes compétences et mes expériences passées.

J’ai décidé de sortir de ma zone de confort. Je me suis affranchie de mes patrons. En 2015, j’ai lancé ma propre agence web pour continuer à faire ce que j’aime le plus : écrire. J’ai remis une bonne dose de créativité, de fantaisie et de dynamisme dans ma vie.

Aujourd’hui, je suis en phase avec mes rêves.

ikigaï définition

Qu’est-ce que la méthode ikigaï ?

L’ikigaï est une technique qui nous vient du Japon (et qui a été quelque peu détournée en Occident). Chez nous, la technique de l’ikigaï associe l’art de vivre japonais au mercantilisme. Trouver son ikigaï, c’est trouver sa voie. Identifier ses objectifs de vie: ceux qui vont nous permettre de déterminer quel métier est fait pour nous, qui vont nous pousser à nous reconvertir et à changer de profession pour s’épanouir et être heureux.

Définition : ikigaï

Le terme « ikigaï » est composé de deux caractères japonais : Iki, qui signifie « vie », « être vivant », « naissance » et Gaï, qui signifie « raison »

On peut donc traduire « Ikigaï » par « raison de vivre ».

A l’origine de l’ikigaï : les centenaires d’Okinawa

Au Japon, sur l’île d’Okinawa, vivent énormément de centenaires. Ils sont en bonne santé, et le restent très longtemps.

Plusieurs facteurs expliquent cette longévité :

  • L’hérédité
  • La cuisine locale
  • La sobriété de vie
  • L’activité physique
  • Une vie sociale riche
  • L’humour
L'ikigaï provient d'une île japonaise, Okinawa

La méthode de l’ikigaï nous provient des centenaires d’Okinawa, au Japon

L’ikigaï s’inspire du mode de vie des centenaires d’Okinawa et aide les gens à trouver leur voie, et ainsi, à vivre plus longtemps, dans de bonnes conditions.

Pourquoi trouver sa raison de vivre ?

Trouver son ikigaï est une méthode efficace si tu veux changer de métier, changer d’orientation professionnelle, lancer un business ou faire le point sur ta vie et découvrir ta mission de vie.

En Occident, trouver son ikigaï, c’est trouver un sens à sa vie, une raison de se lever le matin. Définir son ikigaï, c’est définir son objectif professionnel en utilisant le diagramme de Venn. On en reparlera en peu plus loin dans cet article et je t’expliquerai comment utiliser ce diagramme pour trouver ton ikigaï.

Les 4 composantes de l’ikigaï

L’ikigaï est la résultante de quatre composantes :

  • Ce que j’aime faire
  • Ce dans quoi je suis doué
  • Ce dont le monde a besoin
  • Ce pour quoi je peux être payé

L’ikigaï représente l’équilibre de ces 4 facteurs.

Quand on travaille son ikigaï, on tente de répondre à la question suivante : « Quelle est l’activité qui peut me permettre d’exprimer tout mon talent, au service d’une mission qui me tient à cœur, et qui me permettra de gagner suffisamment d’argent pour vivre comme j’en ai envie ? »

Pour trouver ton ikigaï, réalise un bilan de compétences

Ce que je te propose de faire pour trouver ton ikigaï, avant de te lancer dans le diagramme de Venn, c’est de faire le point sur toi-même.

Munis-toi d’un carnet. Un joli carnet, que tu prendras plaisir à compléter et à consulter au fil de tes réflexions.

Dans ce carnet, réponds le plus sincèrement et le plus précisément possible à la liste de questions que j’ai préparé pour toi ci-dessous. Les réponses vont te donner des pistes pour mieux te connaître et comprendre les valeurs et les missions de vie qui ont un vrai intérêt pour toi.

Analyse tes coups de cœur, tes passions

Dans ton carnet, note ces différentes questions et inscris tes commentaires:

  • Quels sont tes livres préférés ?
  • Quels sont tes films ou séries préférées ?
  • Qui sont tes héros favoris, les personnes qui t’inspirent ?
  • Quelles sont les valeurs que ces héros véhiculent ?
  • A quel(s) moment(s) de ta vie t’es-tu senti vraiment en accord total avec qui tu es et ce que tu aimes ?
  • Quand t’es-tu retrouvé tellement occupé dans une tâche que tu en as oublié de manger à midi ?

Replonge-toi dans le passé

Pour pousser l’analyse un peu plus loin et découvrir ton ikigaï, replonge-toi dans ton passé.

Alors qu’elles travaillaient sur le sens de la vie, de nombreuses personnes se sont rendu compte qu’en fait, elles avaient trouvé leur ikigaï déjà tout petits.

Mais les contraintes de la vie, la nécessité de se conformer à la norme, de rentrer dans le moule, le qu’en dira-t-on les avait fait s’éloigner de leur ikigaï.

Durant cette étape, laisse vagabonder ton esprit, et replonge-toi dans ton passé.

Qu’aimais-tu quand tu étais enfant ? Quelles étaient tes passions ? Qu’est-ce qui te donnait envie de te lever le matin ?

N’essaye pas de retrouver les grandes choses que tu as réalisé. Souviens-toi aussi des petites choses qui te plaisaient.

Dessiner, peindre, jouer au théâtre, expliquer, chanter, te déguiser…

Que t’apportaient ces activités auxquelles tu aimais t’adonner ?

Ces activités sont-elles encore présentes dans ta vie actuelle ?

Si ce n’est pas le cas, pourquoi ne font-elles plus partie de ton quotidien ? Et quels bénéfices tirerais-tu à les réintégrer dans ton existence ?

Tu peux ensuite faire le même exercice en te rappelant de ce qui te faisait vibrer adolescent. A cette époque, que rêvais-tu de devenir lorsque tu serais adulte ? A quoi passais-tu le plus clair de ton temps ?

Termine cet exercice en te demandant ce que penserait l’enfant que tu étais de l’adulte que tu es devenu aujourd’hui.

Note toutes tes impressions dans ton carnet.

Supprime toutes les conventions sociales, les contraintes et obligations

Maintenant, imagine-toi sans enfant, sans parent, sans conjoint, sans patron. Tu n’as plus aucune contraintes, aucune pression sociale. Plus rien ne compte mis à part tes envies personnelles.

Qu’aurais-tu fait de ta vie si tes parents ne t’avaient pas mis en garde, voulant que tu exerces « un métier sérieux et raisonnable » ?

Que ferais-tu si ta vie devait s’arrêter dans 6 mois ?

A quoi t’adonnerais-tu si tu n’avais plus besoin de travailler ?

Et si tu te retrouvais sans argent, que ferais-tu ?

Quelles sont les professions que tes conditionnements ou tes peurs t’empêchent d’envisager ?

Analyse tes sentiments de jalousie

L’exercice suivant n’est pas facile, mais pourtant très intéressant.

Interroge-toi maintenant sur tout ce que tu envies chez les autres.

Dans ton carnet, trace trois colonnes.

Dans la première colonne, note 3 motifs de jalousie. Pense à des personnes que tu connais ou à des personnes célèbres qui possèdent quelque chose que tu n’as pas et que tu aimerais avoir, qui donnerait plus de sens à ta vie.

Dans la deuxième colonne, écris le désir qui se niche dans ton sentiment de jalousie.

Dans la troisième colonne, note les actions que tu pourrais entreprendre pour atteindre ce désir, ou tout au moins, pour t’en approcher.

Comment utiliser le diagramme de Venn pour trouver son ikigaï ?

Pour trouver ton ikigaï, tu vas maintenant remplir le diagramme de Venn.

Ce diagramme va t’aider à compiler toutes les petites choses que tu aimes faire, à les réunir, et à leur donner une place dans ta vie pour te procurer de la joie et de l’équilibre.

Prends une feuille de papier. Ensuite, trace 4 cercles qui se chevauchent, avec un point d’intersection central.

Les 4 cercles extérieurs

La méthode ikigaï se déroule en trois temps. Dans un premier temps, tu vas compléter les 4 cercles extérieurs: les domaines dans lesquels tu es doué, ce que tu aimes faire, ce pour quoi tu peux être payé, ce dont le monde a besoin. Ce questionnement va te permettre de découvrir ce qui te procure des émotions positives et de la motivation. Tu vas en apprendre beaucoup sur ta personnalité et sur les projets de vie à mettre en place pour éprouver un mieux être et vivre davantage le moment présent, comme le font d’ailleurs très bien les gens heureux.

ikigaï première étape, rempli les 4 cercles extérieurs du diagramme de Venn

Pour trouver ton ikigaï, commence par remplir les quatre cercles extérieurs du diagramme de Venn

Attention : il n’y a pas de réponse bête. Tes réponses ne doivent pas être complexes pour être justes. Elles doivent surtout te correspondre. Ce n’est pas parce que tu trouves facilement la réponse qu’elle est fausse !

Ce que tu aimes faire

Dans le premier cercle, en haut, inscris tout ce que tu aimes faire. Quelles sont les activités qui te plaisent ? Qui te font vibrer ? Qui ont du sens pour toi ? Qui t’apportent le plus de plaisir ?

Exemple : monter à cheval, lire des romans, résoudre des problèmes mathématiques, etc.

Ce dans quoi tu es doué

Dans le deuxième cercle, à gauche, note tous les domaines pour lesquels tu es doué. Dans quels domaines obtiens-tu naturellement des résultats ? Quels sont les secteurs dans lesquels tu te sens parfaitement à l’aise ?

Ca ne doit pas nécessairement être des choses très impressionnantes, mais aussi des petites choses pour lesquelles tu es doué dans le quotidien.

Recense ici tous les domaines dans lesquels tu ne doutes pas de toi.

Pour t’aider, base-toi sur des faits, sur des résultats concrets, sur des compliments que tes proches, collègues, patrons t’ont déjà fait dans le passé.

Ne sois pas modeste, vas-y à fond ! Personne ne te regarde, tu peux y aller franco 😉

Exemple : je suis douée en cuisine, pour faire rire les autres, pour remonter le moral de mes amis, pour écrire, etc.

Ce dont le monde a besoin

Dans le cercle de droite, relève tout ce dont le monde a besoin.

Que pourrais-tu apporter au monde ? De quelle manière pourrais-tu contribuer à améliorer la société ? Comment pourrais-tu aider ton prochain ?

Ici, bien sûr, tu vas répondre en fonction de ton propre cadre de référence.

Exemple : je suis passionné par l’environnement, le féminisme, la cause animale. Je pense que le monde a besoin de plus de bienveillance, de plus d’humanité, de rire, de respect.

Ce pour quoi tu peux être payé

Enfin, dans le cercle du bas, consigne toutes les choses que tu sais faire et pour lesquelles tu pourrais être rémunéré, recevoir un salaire.

Ici, tu dois te détacher de la rêverie et revenir davantage sur terre. Qu’est-ce que tu fais de bien et qui répond à un besoin ? Pour quelles compétences quelqu’un pourrait te payer pour répondre à son besoin ?

Exemple : on pourrait me payer pour organiser, pour écrire, pour argumenter, etc.

Les 4 cercles intérieurs

Ensuite, tu vas compléter les 4 cercles intérieurs, à l’endroit où ils se rejoignent.

Deuxième étape pour trouver son ikigaï

Ensuite, complète les 4 cercles intérieurs du diagramme de Venn

En fonction des résultats obtenus dans tes 4 premiers cercles, tu vas trouver des éléments pour compléter :

Passion : c’est la fusion entre « ce que tu aimes faire » et « ce pour quoi tu es doué »

Profession : écris le ou les métiers qui peuvent résulter de la fusion des cercles « ce pour quoi tu es doué » et « ce pour quoi tu peux être payé »

Vocation : « ce pour quoi je peux être payé » et « ce dont le monde a besoin » va t’en apprendre plus sur ta vocation.

Mission : écris les missions qui te tiennent à cœur en fusionnant les cercles « ce que tu aimes faire » et « ce dont le monde a besoin ».

A l’intersection du diagramme se trouve ton ikigaï

Maintenant que tu as compris exactement tout ce que tu aimes, et que l’ikigaï t’a permis de découvrir tes passions, de trouver ta vocation et les missions qui te tiennent à coeur, tu vas pouvoir, en assemblant toutes ces choses, leur donner un sens, ensemble, et donner davantage de ce sens à ta vie. C’est peut-être le moment de trouver une autre voie, de changer de vie et de mettre en place un plan d’action pour envisager une reconversion.

Ton ikigaï se trouve à l'intersection de tous les cercles

Dernière étape: ton ikigaï se trouve à l’intersection de tous les cercles

En conclusion

Trouver ton ikigaï va te permettre de donner un sens à ta vie. De compiler toutes les petites choses que tu apprécies et d’en faire tes objectifs de vie. Bien entendu, l’ikigaï évolue avec le temps. Voilà pourquoi il est important de se pencher de temps en temps sur son ikigaï et de regarder si notre vie est toujours alignée.

(Source : vivre l’instant présent avec l’ikigaï de Odile Noël-Shinkawa aux éditions Eyrolles)

POUR ALLER PLUS LOIN
Tu souhaites en apprendre davantage sur le référencement naturel (SEO)? N’hésite pas à lire ces articles 🙂
Comment réaliser ses rêves?
4 bonnes raisons d’entreprendre

A PROPOS DE L’AUTEUR : Isabelle Bontridder est rédactrice web, formatrice en rédaction web et fondatrice de BETTERWEB

Recevez tous mes conseils pour améliorer votre écriture web et votre style rédactionnel

BETTERWEB © Tous droits réservés • Réalisation : Céline Toucanne • Conditions générales et Mentions légales