Le blog de BETTERWEB

Avant de publier un contenu, le journaliste web a une multitude de petites tâches à accomplir : analyse de mots-clés, angle à définir, champ sémantique à constituer, meta description à rédiger… Comment faire pour ne rien oublier ? Voici la parfaite checklist du rédacteur SEO et de la rédactrice web ✏️

Tu as décidé de te lancer dans la stratégie de contenu, de te faire connaître sur les réseaux sociaux en éditant de chouettes articles sur ton site web et sur ton blog.

Oui mais.

Te voilà devant ta feuille et tu ne sais pas par où démarrer. Rédiger un brief, trouver un angle à ton texte, réaliser une analyse de mots-clés, trouver un titre exceptionnel…

Par où commencer 

C’est le stress.

Don’t worry ! J’ai rédigé un article (très long, parce que rempli d’informations 😏) sur le sujet.

1) Fixer l’objectif de l’article

Première chose à faire lorsque tu rédiges ton texte : fixer l’objectif de ton article. Le content marketing a pour but de te faire gagner de nouveaux clients. Pas de publier des articles dans le vide, sans but à atteindre, juste pour décorer ou « parce que ça se fait ».

Pour chacun des articles rédigés (même tes articles de blog), détermine un objectif marketing en te posant cette question : « En quoi cet article va-t-il m’aider à trouver de nouveaux clients ? Comment va-t-il m’aider à m’approcher des objectifs commerciaux que je me suis fixés ? »

2) Déterminer la cible (persona) du texte

Deuxième étape à cocher sur la checklist du rédacteur web : l’identification de l’audience. A qui ton texte s’adresse-t-il ? Qui est ta cible ? Ton persona ? Ecrire pour tout le monde, c’est écrire pour personne. Pour être vraiment efficace et toucher le lecteur avec tes mots, l’amener à acheter ton produit ou service, tu dois savoir précisément à qui tu parles.

T’adresses-tu à une mère de famille de 35 ans, stressée et courant après le temps, soucieuse d’offrir le meilleur à ses enfants ? Ton texte est-il plutôt destiné à une chef d’entreprise orientée business et résultats, qui a besoin de trouver des solutions rapides pour avancer vers son objectif professionnel ? Ou à un jeune de moins de 18 ans, qui passe tout son temps libre sur Tik Tok et Snapchat et qui a besoin d’un ton frais et accrocheur ?

En fonction du profil de ton lecteur, tu vas utiliser un vocabulaire adapté et aborder le sujet sous un certain angle.
On reparlera d’ailleurs de l’angle un peu plus loin dans cet article.

3) Choisir la thématique de l’article

L’étape suivante de la checklist du rédacteur web consiste à choisir la thématique de l’article.
Les thématiques traitées sur ton blog sont réfléchies et déterminées lors de l’élaboration de la ligne éditoriale.

Ces différentes thématiques vont t’aider à ne pas te disperser.

Par exemple, sur mon blog, je traite de 4 sujets différents, qui gravitent autour du content marketing :

  • La rédaction web
  • Le référencement naturel (SEO)
  • Le community management
  • L’entrepreneuriat

Je ne m’écarte jamais de l’une de ces thématiques.

Détermine 3, 4, maximum 5 thématiques différentes. Pour rythmer tes articles de blog et ne pas tout le temps traiter du même sujet, pioche à tour de rôle dans chacune de ces différentes thématiques.

Exemple de thématiques

Sur son blog d’entreprise, par exemple, Colruyt présente 5 thématiques différentes.

Checklist du rédacteur web: choisir la thématique de l'article

 

Sur son blog, Colruyt a déterminé 5 thématiques et range ses articles de blog dans ces différentes thématiques

4) Réaliser une analyse de mots-clés

Et nous voici à la 4ème étape de la checklist du rédacteur web. Tu vas maintenant réaliser une analyse de mots-clés. Une procédure indispensable lorsque tu rédiges pour le web !

Déterminer les mots-clés importants liés à ton secteur d’activité va te permettre de bien référencer ton site sur les pages de résultats des moteurs de recherche (les « SERPs »).

Le but est de positionner ton site web sur la première page des résultats de Google sur les mots-clés qui t’intéressent. Le nec plus ultra est évidemment de briguer la première place.

Tu peux réaliser cette analyse de mots-clés en utilisant plusieurs outils gratuits :

  • L’outil de planification de mots-clés de Google AdWords
  • Answer the Public
  • Le keyword Tool
  • Google trends

Bien sûr, il existe aussi des outils payants qui poussent l’analyse un peu plus loin. Ces outils sont très utiles lorsque la rédaction web est ton métier. De mon côté, j’utilise un outil appelé « Yooda Insight ». L’abonnement coûte 40 EUR par mois.

5) Trouver l’angle du texte

Voici maintenant le moment d’angler ton texte.

L’angle d’un texte, c’est le fil conducteur de l’article. C’est le fil rouge qui aide à garder le cap du début à la fin de l’écriture.
Ah ! Voilà l’une des principales raisons qui font qu’un texte est mauvais sur Internet. Le rédacteur web est parfois (souvent🤪) tenté de parler de TOUT dans son article. Résultat : il se disperse et perd le lecteur.

Hé oui, un article n’est pas un livre… Dans un article, on ne peut pas tout dire. Il faut donc choisir. L’angle représente, en fait, un choix journalistique.

Si l’angle est bon, le texte sera apprécié.

Et si deux angles paraissent intéressants ? Aucun problème ! Les deux angles feront alors l’objet de deux articles différents. Si d’autres angles viennent encore s’ajouter, il sera même possible de constituer un dossier 😊

Exemple d’angles journalistiques

Prenons mon domaine de prédilection, la rédaction web, pour thématique.

Voici quelques exemples d’angles possibles :

➞ 1er angle : Rédiger un article expliquant les règles de l’écriture web. Dans cet article, je pourrais expliquer que le rédacteur ou la rédactrice web privilégie les textes concis. Qu’il écrit des phrases courtes et supprime tous les adverbes et adjectifs de ses titres.

➞ 2ème angle : Expliquer au lecteur comment se former à la rédaction web. Lui soumettre quelques noms d’écoles de journalisme proposant des cours d’écriture web. Lui conseiller également quelques formations en ligne qui pourraient l’aider à améliorer son style rédactionnel et à l’adapter aux écrans.

➞ 3ème angle : Proposer à l’internaute de créer un calendrier éditorial pour mettre au point une stratégie de contenu efficace et pertinente pour son activité. En fin d’article, je pourrais même proposer au lecteur un canva type, à télécharger gratuitement.

Tu as maintenant compris qu’un même sujet pouvait être décomposé en plein d’angles différents 😉

6) Récolter les informations

6ème étape de la checklist du copywriter web : la récolte d’informations. Tu vas maintenant prendre des notes et récolter les informations indispensables à la rédaction de ton texte.

Bien sûr, tu dois sélectionner la bonne information. Avoir des sources fiables. Des chiffres fiables.

Evite les généralités que tout le monde connaît déjà. Au contraire, plonge-toi vraiment dans le sujet et offre de nouvelles perspectives, une nouvelle approche, une manière différente d’aborder le sujet. Donne des informations concrètes et précises, qui vont aider ton lecteur à approfondir la lecture.

Comment récolter les informations ?

Pour récolter les informations nécessaires, des techniques différentes cohabitent :

  • Mener l’enquête
  • Passer une interview
  • Récolter des témoignages
  • Lire un bouquin

Rechercher des informations sur le web (attention à tes sources !) : réseaux sociaux, sites de veille, forums, témoignage client, avis divers…

Pour être certain d’avoir toutes les informations nécessaires, assure-toi que lorsque tu te poses les questions qui, quand, comment, où, quoi, pourquoi, tu as toutes les informations.

Traiter les informations

Bien entendu, les informations brutes que tu auras récoltées ne suffisent pas. Tu vas ensuite devoir les traiter en analysant le contenu. On verra ça un peu plus loin dans cet article.

7) Etablir le champ lexical du texte

Constitue ensuite le contenu lexical de ton article.

Le champ lexical est l’ensemble des mots qui, dans un texte, se rapportent à une même notion.

Etablir le champ lexical de ton texte est indispensable quand tu rédiges pour le web.

  • Le champ lexical va aider ton lecteur à bien comprendre le sujet car un champ sémantique large va enrichir ton contenu.
  • Le champ lexical va satisfaire Google, lui permettre de se plonger dans ta thématique et de vraiment appréhender ce que tu as à proposer à l’internaute.

La constitution d’un champ lexical va donner de l’originalité à ton texte, de varier les mots.

Quand tu écris ton article, inscris donc sur une feuille un nuage de mots que tu insèreras dans ton article lors de la rédaction.

Pars de ton mot-clé et cherche des synonymes, des expressions.

Exemple de contenu lexical :

Si je prends la rédaction web pour exemple, je pourrais utiliser dans mon texte des mots tels que : rédiger, éditorial, contenu de qualité, ligne éditoriale, rédactrice web, copywriter, copywriting, marketing de contenu, charte éditoriale, rédaction d’articles, écrire pour le web, blogging.

8) Rédiger le message essentiel

Maintenant, rédige le message essentiel de ton texte. Si tu devais noter, en 3 lignes, les informations que le lecteur doit absolument retenir après avoir visité ta page web, quelles sont-elles ?

Tu vas pouvoir garder à l’œil ce précieux résumé durant toute la rédaction de ton texte. Il t’aidera à maintenir le cap et, un peu plus tard, à rédiger le chapeau de ton article.

9) Structurer le contenu rédactionnel

Avant de te mettre à rédiger ton texte, il te reste encore une étape à accomplir pour cocher l’étape 9 de la checklist du rédacteur web : le plan de l’article. Comment vas-tu structurer ton contenu ? Une chose essentielle à faire, lorsque tu rédiges pour le web : commence par délivrer l’information essentielle en utilisant la technique de la pyramide inversée.

POUR ALLER PLUS LOIN
Je parie que tu souhaites en apprendre davantage sur cette technique 😉 Alors va vite lire cet article : Maîtriser le principe de la pyramide inversée

Ton plan doit être simple et logique. Le premier paragraphe est l’accroche, il donne en général l’information la plus importante. Ensuite, tu vas placer une idée importante dans chacun de tes paragraphes. Saute une ligne à chaque fin de paragraphe, ton argumentaire sera ainsi plus visuel.

Sur Internet, il existe différents types de plans :

Le plan en pyramide inversée

(Je viens de t’en parler)

Le plan énumératif

Il s’agit d’une sélection qualitative et argumentée de l’information. Le titre est explicite. Ce type de plan présente un réel gain de temps pour le lecteur pressé, qui peut se contenter de lire uniquement le titre et les sous-titres du texte.

Exemple : 10 bonnes raisons de manger du chocolat

Le plan analytique

Le plan analytique présente, quant à lui, une construction ternaire. Dans un premier temps, tu énonces les faits, ensuite, tu expliques les causes et analyses enfin les conséquences.

Ce type de plan présente beaucoup de clarté et une structure très rationnelle.

Il est notamment utilisé pour les sujets liés à la santé.

Exemple : Quels sont les symptômes de l’allergie au chocolat ?

Le plan dialectique

Le plan dialectique fonctionne aussi selon une structure ternaire. Mais ici, tu vas d’abord présenter les faits, puis les arguments « pour » et enfin, les arguments « contre ». Tu l’as compris, ce type de plan est utilisé pour traiter de sujets faisant polémique.

Exemple : Retour de l’uniforme à l’école : pour ou contre ?

10) Rédiger le texte

Une fois le plan choisi, tu vas enfin pouvoir te mettre à rédiger le texte. Pour un article efficace, les règles de l’écriture web sont à respecter !

Utilise des phrases courtes et incisives (sujet, verbe, complément). Choisis des mots simples et concrets. N’hésite pas à utiliser des mots de liaison (car, mais pourtant, aussi, donc, etc.) pour structurer tes idées. Privilégie les verbes actifs et le temps présent.

Ton article doit être clair, facile à comprendre. C’est souvent difficile de faire simple.

Le chapeau ou chapô

Le chapô ou chapeau est un texte d’introduction qui « coiffe » un article. Il se situe à mi-chemin entre le résumé et l’accroche et concentre, en quelques lignes, l’essentiel de l’information.

Le chapeau se situe sous le titre, au-dessus de l’accroche. Il se place, en général, dans une balise (gras). C’est un petit texte de 50 mots, soit 2 ou 3 lignes. Le chapeau soutient le titre, ce n’est pas une introduction. Places-y ton mot-clé principal et quelques mots-clés secondaires.

Les balises H2

Les balises H2 constituent les intertitres de ton article. Les intertitres vont te permettre de casser la grisaille du texte, de l’aérer et de stimuler la lecture. Si tu les as bien rédigés, ton lecteur va rester engagé. Ces balises sont importantes pour les moteurs de recherche, elles vont lui permettre de comprendre ce qui se trouve dans ton texte.

Les mots-clés (principal et secondaires)

Afin d’optimiser ton texte, place le mot-clé principal en gras. Cette technique va permettre à Google de comprendre que ce mot-clé est plus important que les autres mots présents sur ta page. N’en abuse toutefois pas pour ne pas gêner la lecture de l’internaute.

 

Les secrets de l’écriture Web

Pour vous aider à écrire des textes impactants, j’ai rédigé
spécialement pour vous un livre gratuit. 50 pages de trucs et
astuces pour améliorer votre écriture !

PRÊT À DÉMARRER L’AVENTURE ?

11) Trouver un (bon) titre

Dans la checklist du rédacteur web se trouve ensuite le titre de l’article. Lorsque tu as terminé de rédiger ton texte, attaque-toi au titre. Il doit être parlant et soigneusement choisi. Essaye d’être accrocheur et fais simple. Le titre idéal fait 6 mots. Essaye de ne pas dépasser les 12 mots ou de ne pas aller à la ligne. Sorti de son contexte, ton titre doit rester compréhensible. Sois donc le plus informatif possible et évite les sous-entendus et les jeux de mots.

Pour en apprendre davantage sur le titre, je te conseille d’approfondir la lecture avec ce contenu : Comment titrer un article sur Internet ?

12) Ajouter des liens internes et externes (backlinks)

Le lecteur a-t-il besoin de plus d’informations ? Pense maintenant à ajouter quelques liens internes à ton texte. On appelle cela « le maillage interne ». Il va aider le lecteur à naviguer au sein de ton propre site et l’aider à approfondir le sujet. Place également un lien externe dans ton article : ce lien va aider Google à comprendre la thématique et va permettre à ton lecteur de découvrir de nouvelles perspectives.

13) Optimiser les images

Les images sont évidemment un élément essentiel de ton contenu. Choisis-les avec soin. De beaux visuels qui illustrent parfaitement tes propos. Opte bien sûr pour des photos en adéquation avec ta charte graphique. L’idée, c’est de rester cohérent sur tous tes supports de communication.

14) Rédiger la meta description

Tu vas maintenant t’attaquer aux aspects un peu plus techniques et SEO de ton texte. Car tes écrits doivent plaire à ton lecteur… Mais également aux moteurs de recherche !

La meta description, c’est ce petit texte qui se trouve sur la page des résultats de Google et des autres moteurs de recherche. Il s’agit d’un complément d’information. La meta description explique, dans un petit texte simple et accrocheur, ce que le lecteur va trouver dans ton article. Places-y ton mot clé principal et quelques-uns des mots secondaires que tu auras relevés lors de la constitution du champ lexical.

 

 

 

La méta description de ton article apparaît sur les pages de résultats des moteurs de recherche

15) Insérer une balise title

Etape cruciale de la checklist du rédacteur web ! La balise title est l’élément indispensable pour mieux indexer tes pages web sur les pages de résultats des moteurs de recherche tels que Google. Attention, la balise title ce n’est pas le titre de ton article (balise H1), mais le titre de ta page web.

La balise title doit être pertinente et unique. Elle fait 75 caractères maximum, contient ton mot-clé principal et incite au clic.

16) Optimiser l’URL de l’article

L’URL est également prise en compte par les moteurs de recherche pour référencer ta page web. Essaye donc de l’optimiser. L’URL doit être compréhensible et refléter ce qui se trouve dans ton texte. Places-y ton mot-clé principal.
Sépare chacun des mots présents dans l’url avec des tirets hauts (jamais d’underscore). N’utilise pas d’abréviation, de caractère accentué ou de chiffre. Tu risquerais de te retrouver avec une url du type : https://le-nom-de-mon-ste.com/fr/d%E9fis/

17) Ajouter un call to action

Le but du content marketing est de te faire gagner de nouveaux clients. Tout en début de processus, tu as déterminé l’objectif marketing de ton texte. Quel est-il ? Faire grandir ta communauté ? Obtenir des inscriptions à ta newsletter ? Vendre un produit ou un service ? Obtenir plus de trafic sur ton site web ?

Le call to action (ou « appel à l’action) va te permettre d’inciter le lecteur à accomplir une action : celle que tu désires lui faire prendre. Ajoute donc toujours, en fonction de l’objectif de ton article, un call to action à la fin de chacun de tes articles.

18) Relire

Voici maintenant venu le moment, dans la checklist du rédacteur web, de relire ton texte. Cette étape est cruciale : elle va te permettre de corriger les dernières petites fautes et coquilles, et de publier un contenu digne de ce nom.

Supprime les adverbes

Les adverbes alourdissent tes phrases. Lorsque tu relis ton texte, n’hésite pas à les supprimer.

Raccourcis ce qui peut l’être

Tous les mots employés doivent être utiles. Suppriment ceux qui ne le sont pas. Retravaille les phrases trop longues et diminue les paragraphes pour dynamiser la lecture.

Reformule

Reformule toutes les phrases lourdes, longues, mal écrites. Supprime la voix passive et privilégie la voie active. Autant que possible, essaye de rester au présent.

Vérifie l’orthographe

Quand on a le nez dans le guidon, il n’est pas toujours simple de repérer les méchantes fautes d’orthographe… Même le meilleur copywriter web peut se laisser avoir. N’hésite pas à passer ton texte dans un logiciel de correction grammaticale et d’aide à la rédaction. De mon côté, j’utilise Antidote. C’est un outil payant (environ 100 EUR pour une installation sur ton ordi à vie) mais qui vaut franchement le coup si tu écris souvent.

19) Mettre en forme

Tu souhaites que tes articles soient consultés ? Il va falloir maintenant les mettre en forme. La lecture à l’écran fatigue le regard. L’internaute lit d’ailleurs moins vite sur un ordinateur ou sur son mobile que sur papier. Soigne donc la mise en page de tes textes.

  • Utilise une typo sans empattement, noire sur fond blanc et assez grande (minimum 12 px)
  • Aère ton texte
  • Morcèle ton texte en paragraphes digestes
  • Crée des listes à puces et des tableaux

La mise en forme de ton texte va faciliter la lecture et donner envie à l’internaute de rester jusqu’au bout.

20) Prévoir un planning de partage sur les réseaux sociaux

Et voilà, grâce à la parfaite checklist du rédacteur web, ton texte est terminé ! Il te reste à le promouvoir sur les réseaux sociaux et dans ta newsletter pour lui donner un petit coup de pouce et accélérer les vues. Si tu as bien respecté toutes les étapes que je viens de te décrire, ton article sera parfaitement optimisé pour le web.

Maintenant, à toi de jouer !

A PROPOS DE L’AUTEUR : Isabelle Bontridder est rédactrice web, formatrice en rédaction web et fondatrice de BETTERWEB

Recevez tous mes conseils pour améliorer votre écriture web et votre style rédactionnel

BETTERWEB © Tous droits réservés • Réalisation : Céline Toucanne • Conditions générales et Mentions légales